Appuyez sur le bouton partager dans en bas de votre navigateur, puis sur "Sur l'écran d'accueil" pour obtenir le mode plein écran et des temps de chargement plus rapides. OK
FFM

Jérémy Bertrand « Greg est comme un frère »

Interviews

Derrière chaque pilote se cachent des hommes de l’ombre. Souvent loin des flashes des photographes et des caméras, ces hommes accomplissent un travail énorme. Nous avons rencontré Jérémy Bertrand, mécanicien de Grégory Aranda (Team 2B – Yamaha). Il nous dit tout sur son métier et sa relation avec Grégory.

 

Ton parcours ?

J’ai commencé la mécanique chez moi, dans mon garage, comme beaucoup de gamins en bidouillant. Puis j’ai souhaité en faire mon métier. Pour cela j’ai commencé dans la vitesse avec le Junior Team Suzuki au Mans avec Damien Saulnier. Ensuite je me suis tourné vers le tout terrain avec le team NGS comme mécanicien de Marvin Musquin.

 

Pratiques-tu le MX ?

J’ai moi même pratiqué pendant un temps le motocross. Mais si tu veux être mécanicien pour un pilote pro tu n’as pas le droit de te blesser et tu dois rester professionnel. J’ai donc décidé de me concentrer entièrement à la mécanique. En revanche dès que la saison est terminée, je cède au plaisir de quelques tours de roue.

 

Ta rencontre avec Grégory ?

Après mon expérience chez NGS, j’ai intégré le Team CLS pour travailler au départ avec Loic Rombaut. C’est à ce moment là que j’ai fais la rencontre de Greg qui était alors pilote pour Jean-Jacques Luisetti au sein du team. Loic ne participant pas à la saison de Supercross, j’ai donc débuté ma collaboration avec Grégory. Nous nous sommes tout de suite très bien entendu et les premiers résultats sont arrivés. Greg a alors demandé à me garder comme mécano. Et depuis notre duo continue son chemin avec 2 ans chez Bud Racing et maintenant le Team 2B.

 

Ton rôle ?

Mon rôle ne s’arrête pas simplement à la mécanique. Une véritable relation de confiance doit s’instaurer entre le pilote et le mécanicien. Quand Grégory monte sur la moto, il ne doit avoir aucune appréhension et se concentrer uniquement sur son pilotage.

 

Quelles sont les différences entre les week-ends de course et les entrainements la semaine ?

Elles sont énormes. Le plus gros du travail se fait la semaine pour arriver serein le week-end en course. Le but est d’éviter le moindre stress au pilote. Il y a deux fois plus de travail la semaine avec le développement, les essais… Si tout ce travail est bien réalisé, le week-end ça roule. Je serai tenté de dire qu’il suffit juste de laver et refaire la moto.

 

Les qualités requises pour pratiquer ce métier ?

Etre passionné avant tout car il ne faut pas compter les heures. On vit également en société, il faut donc être un minimum sociable et tolérant.

 

Ta relation avec Grégory ?

Notre relation dépasse le cadre strictement professionnel. Nous avons été très très proches. Greg est comme un frère. Nous avons même vécu ensemble pendant un temps. Mais depuis nous avons pris un peu nos distances. Je pense que cela était nécessaire pour pouvoir être objectif sur notre travail et ainsi être capable de se dire les choses.

 

Les particularités d’un pilote comme Grégory ?

Il accorde beaucoup d’importance à l’avis que je peux avoir. Grégory est un pilote très pointilleux sur ses réglages. Il a le souci du détail, parfois un peu superstitieux comme beaucoup de pilote. En cas de pépin mécanique ou de son coté, nous débriefons immédiatement car il ne faut absolument pas que la situation se dégrader. Il faut rester zen et ne pas communiquer son stress.

 

Les objectifs pour cette année ?

Le titre MX1 en Championnat de France Elite est clairement l’objectif de l’année. Ensuite Grégory souhaite vraiment récupérer son titre de Champion d’Europe Supercross. Enfin une saison de Mondial correcte serait une bonne chose après ces dernières années un peu difficile.