Appuyez sur le bouton partager dans en bas de votre navigateur, puis sur "Sur l'écran d'accueil" pour obtenir le mode plein écran et des temps de chargement plus rapides. OK
FFM

INTERVIEW SERGE GUIDETTY – TEAM MANAGER

Communiqués
  • Comment s’est passé la gestion de l’équipe pendant le confinement ? Et quelles sont les conséquences de cette période pour l’équipe ?

Il y a d’abord eu l’annulation de Castelnau et des premières épreuves, puis les annonces du Président, donc confinement total pour tout le Team. Tout le monde a vraiment respecté les règles et personne n’a roulé en parallèle, donc à partir de ce moment-là, les pilotes avec leurs coachs respectifs, ont eu des séances de sport journalières pour se maintenir physiquement.

Le plus dur à gérer, notamment pour les pilotes, était le manque de visibilité pour la suite, on ne savait pas combien de temps ça allait durer et s’entrainer sans pouvoir se projeter c’est assez difficile mentalement. En tout cas tout le monde a bien bossé, nous avions des visio-conférences tous ensemble, c’était super-intéressant.

Dès le déconfinement nous avons pu réattaquer avec grand plaisir les sorties motos et les entrainements en extérieur.

  • Comment se sont comportés les pilotes durant cette période ?

Ça s’est bien passé… de toute façon nous n’avions pas le choix, nous devions nous adapter aux règles qui étaient en vigueur par rapport à cette crise. Il était important, même pour ceux qui avaient des pistes privées, de ne pas prendre de risque.

Je dirais que tout le monde a pris conscience du problème, il a fallu rester maitre de soi, tout le monde était respectueux et la concentration s’est tournée vers les sessions de sport pour s’entretenir efficacement.

  • La reprise est pour bientôt, comment se passe l’organisation ? Etes-vous prêts ?

Nous étions déjà prêts à attaquer la saison normale, nous avions fait les cross de début de saison avec Maxime Desprey, beaucoup de séances de testing et d’entrainement tout l’hiver, donc nous étions prêts pour l’ouverture du championnat. Maintenant je dirais que la seule chose qui est un peu particulière à gérer c’est qu’au final nous repartons pour une deuxième vague de préparation, donc nous enchainons les sessions d’entrainement, nous peaufinons quelques réglages, mais effectivement c’est toujours délicat par rapport aux pilotes ou aux structures car la préparation représente un gros budget, il y a beaucoup de dépenses liées aux déplacements, aux entrainements et aux matériels. Forcément par rapport à ce qui s’est passé ce n’est pas évident de gérer ça en sachant tout le monde un peu souffrant.

  • Le programme sportif va-t-il évoluer ?

Plus il y a d’épreuves, mieux c’est évidemment… ça reste notre championnat et notre discipline donc on va la disputer même si elle est amputée de beaucoup d’épreuves. Les événements actuels engendrent un calendrier exceptionnel et des normes particulières, donc il faut comprendre que la gestion des épreuves puisse être compliquée. C’est sûr que nous sommes soulagés de voir qu’il y aura 3 épreuves pour l’Elite, c’est plus agréable et cela permet de faire un championnat qui va se jouer sur plusieurs manches.

  • Le nerf de la guerre reste le côté financier, comment se passe la gestion des partenaires pendant cette période ?

Encore une fois : conditions exceptionnelles, mesures exceptionnelles ! Nous avons tous été touchés et le calendrier de la saison ne sera pas tel qu’il était annoncé. Il y a beaucoup de marques qui n’ont pas fonctionné durant le confinement donc pas de vente, pas de rentrée d’argent…

Avec le contexte actuel, il faut avoir conscience que malgré leur bonne volonté, les partenariats ne pourront peut-être pas nous soutenir autant que ce qui était prévu, ce qui est normal. Nous souhaitons cependant trouver les meilleures solutions possibles afin d’assurer une saison correcte et que les marques puissent suivre, elles aussi.

 Crédit photo : @MXJuly